Texte à méditer :  J'ai été athée longtemps. Mais, après avoir traversé ma crise de la quarantaine, en plus de voir tant de choses changer si vite, j'ai réalisé que j'étais mortel.
Et quand tu commences à penser à la mort, tu commences à penser ce qu'il y a après. C'est après que tu commences à espérer qu'il a Dieu.
Ça me fait peur, l'idée d'aller nulle part. J'ai aussi du mal à croire que des gens comme Staline ou Hitler s'en vont au même endroit que Mère Térésa.
  
Peter Steele -Type O Negative)
 
Informatique
Loisirs
 ↑  
Visites

 473648 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Recherche
Recherche
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.navedac.com/data/fr-articles.xml

Attendu comme le messie, Dragon Age Origins est sorti il y a quelques semaines.  La presse spécialisée l’a affublé du modeste sobriquet de « digne successeur de Baldur’s Gate », rien que ça !

Quant est-il réellement ?

Je ne pouvais passer à côté d’un tel titre, et j’ai sauté sur la pré-commande, à peine déballé j’enfourne le cd et lance l’installation… Pfiou ! C’est long ! (deux disques).

Un coup d’œil au race : humain, nain et elfe. C’est tout ? Bah, on f’ra avec !

Les classes : guerrier, mage et voleur, là aussi c’est peu, même pas un petit prêtre ? On suppose que les mages cumulent les fonctions.

Bon ben je vais faire un bon vieux guerrier nain, faut que ça dépote en phase de découverte. La personnalisation du look du perso n’est pas top quant aux choix, mais encore on pardonne. Voilà Mhrovina est près, nain noble - fils du roi – guerrier. Faut pas m’emmerder !

On regarde la cinématique, tout à fait correct, à nan, elle est en anglais (alors là je sais pas si il y a plus simple, mais j’ai dû aller dans le fichier ini pour coller le français, sinon toutes les voix étaient en anglais, d’ailleurs en parlant des voix, euh, nan, j’en parlerai plus tard). Et on se retrouve enfin en situation, bon je rentre pas dans le détail de l’histoire mais sachez qu’il y a six scénarios d’introduction en fonction de sa race et de son rang social (noble ou roturier).

Mon nain noble par exemple commence mal la vie car il se fait bannir, pourtant i était innocent, si si j’vous jure ! Mon elfe voleuse quant à elle, fuit après avoir buté un sale fils de p… qui a violé une copine le jour de mon mariage, saleté d’humain ! Donc un mini scénario d’intro en fonction de son perso, c’est sympa mais pas si original que ça.

Arf ! voilà que ça commence, la gestion de la caméra ! J’aime vraiment pas ça, le même système que dans Neverwinter Nights 2, clique droit appuyé puis bouger la souris, oui oui, je sais, question d’habitude, mais n’empêche j’aime pas ça. M’enfin !

Les textures sont de bonne facture même si pour les plus exigeants (en fait surtout qui ont une carte graphique et un moniteur de la mort-qui-tue) on peut en télécharger de meilleure qualité.

Le scénario principal est intéressant laissant à la fin, comme un petit goût d’inachevé (normal il y a des suites de prévues). Les quêtes annexes sont intéressantes, pas indispensables mais elles permettent cependant de débloquer « des succès », de plus si ont veut être assez « costauds » pour la quête principale mieux vaut tout de même les faire.

La durée de vie est plus que correct, 50 heures environ avec un perso et je n’ai découvert que 50% du monde à peine (il y a des zones spécifiques aux minis scénarios d’introduction), alors soit je suis une bille soit les 50% manquants sont pour une prochaine extension (en toute honnêteté j’espère que c’est cette dernière supposition).

L’interface est des plus classique, personnage en médaillon dans le coin supérieur gauche, barre de compétences en bas, barre de menu en haut et carte dans le coin supérieur droit. Bref, on n’est pas dépaysé. L’inventaire est trié par genre (arme, armure, accessoires [bijoux, ceintures], artisanat, objets de quête), le journal est composé des quêtes, des quêtes et du codex. Ce dernier regroupe les infos sur les cultures, les personnages, etc. du monde, c’est un peu votre « Guide du routard », ce codex se rempli au fur et à mesure des rencontres et de la lecture de livre. Personnellement je ne l’ai pas complètement rempli mais ça me laisse supposé qu’il y a peut-être un succès à la clé.

Les personnages secondaires ont des personnalités… comment dire… plaisantent… Entre Alistair le chevalier timide et un humour à chier, Oghren, le nain berserker alcoolique et pervers (un peu comme mon Bera), Shale le golem qui a peur des piafs, etc.. Par moment j’aimais m’arrêter et écouter (lire, j’avais aussi les sous-titres) leurs discussions entre eux. C’est à se pisser dessus !

Bon, puisque vous insistez, voici quelques passages :

- Morrigan (sorcière) en arrivant devant la tour des mages « Quel bon goût, un phallus géant ! »

 

Leliana (la barde) et Sten (guerrier froid et cruel)

Leliana : En fait Sten , vous êtes un gros nounours !
Sten : Pardon ?
Leliana : Mais si je vous ai vu caresser ce chat !
Sten : Non c'est faux , .... je l'entraînai à devenir plus fort
Leliana : Vous êtes un nounours
Sten : Je ne veux plus en entendre parler.
Leliana : Nounours !

 

Morrigan et Sten

Sten : Vous ressemblez a une ****
Morrigan : Une ***** ? Qu'est ce que c'est ?
Sten : C'est une fleur...
Morrigan : Ha ? et bien merci beaucoup !
Sten : ...Qui mange les insectes et leur suce le sang
Morrigan : Ha d'accord , je comprend mieux

 

Il y en a tellement qu’il faudrait autant de temps pour tout noter.

 

Puisque j’en suis au dialogue, le doublage français m’a déçu, surtout pour Sondal, qui ne dit qu’une chose : Enchantement !. Le ton en anglais est excellent alors que la VF est plate, ça donne envie de remettre le jeu en vo, rien que pour un mot faut le faire tout de même, ça prouve bien la nullité de la vf, pour ce perso, pour les autres c’est correct.

Difficulté du jeu : facile, normal, difficile, et cauchemar. En mode normal, celui que j’ai utilisé, les touche F5 et F9 sont vos amis ;) en effet on meurs assez régulièrement et il est bon de sauvegarder souvent (F5, F9 étant pour charger la partie), je n’ose imaginer cauchemar. Une touche également importante (que j’ai découvert à la fin L c’est TAB elle permet de voir les objets interactifs, je suis passé à côté de plein de trucs à cause de mon ignorance, ça m’apprendra à ne pas lire les manuels !

Romance, votre personnage peut nouer une « relation privilégiée » avec un autre perso, ce qui rajoute dans certains cas à l’humour des dialogues. Mon nain pour sa part s’est acoquiné avec Leliana même s’il a a eu une aventure d’un nuit avec Morrigan.

Multi joueur, ben il y en a pas ! Pourtant on aurait pu espérer qu’ils fassent comme avec Neverwinter. Ceci dit quand on regarde l’emplacement du jeu sur le disque dur on s’aperçoit que le scénario est dans un répertoire nommé Single player, de même dans le fichier ini on retrouve le Single player, et lors d’un interview, un représentant de Bioware n’a pas rejeter la possibilité qu’un tel mode puisse voir le jour par la suite. Ce n’est qu’un supposition mais je subodore que le jeu étant en développement depuis 3 ans ils l’ont sorti « pas fini » mais qu’à l’origine il était prévu pour une campagne solo et du scénario multi joueurs.

 

Bref, tout cela pour dire que Dragon Age même si contrairement à ce que l’on a voulu nous faire avaler n’est pas le digne successeur de baldur’s gate il n’en reste pas moins un excellent jeu de rôle ce qui est rare de nos jours ou la mode est aux mmos (peut être qu’un jour je ferai un article sur Age of conan, le seul mmorpg digne de ce nom).

Voir Mhrovina


Date de création : 25/11/2009 @ 07:41
Dernière modification : 25/11/2009 @ 07:55
Catégorie : Loisirs - Jeux


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Melonie le 27/11/2009 @ 23:40
http://social.bioware.com/playerprofile.php?nid=2267302631&game=dragonage

Pour le mien , je suis pas aussi avancé que toi , mais ca me rassure de pas etre le seul a mourir en mode normal ^^

Recherche
Recherche